Nouveau site

plus rapide, plus simple, plus agréable

WWW.RESPIRATIONCONSCIENTE.ORG

 

LES VINGT RESPIRATIONS CONNECTEES
Sept merveilleux exercices de respiration
LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

La base de ce livre, et de la Respiration Consciente, se retrouve dans l’exercice appelé les Vingt Respirations Connectées. Cet exercice prend moins d’une minute. Il est donc parfaitement adapté au rythme de ce monde moderne. Il peut se pratiquer en toutes circonstances, en tous lieux, par chacun, sans restriction ni contre-indication, de la naissance au dernier souffle, par les sportifs de haut niveau et les vétérans, sur le lieu de travail ou à l’ombre des palmiers.

De même, et c’est cet aspect qui me passionne dans la pratique de la Respiration Consciente à travers ces merveilleux exercices, ils peuvent s’enseigner sans aucune restriction, et… gratuitement. Parmi les personnes ayant suivi la formation pour devenir praticien, une proportion intéressante d’entre elles était en contact avec des enfants de par leur métier. Enseignant(e)s, institutrices, orthophonistes, pédiatres, kinésithérapeutes, etc., ont enseigné les Vingt Respirations Connectées à leurs élèves et patients avec succès. Les praticiens l’enseignent aussi en famille et à leurs amis, comme l’on montre un mouvement de gymnastique pour se détendre.

Pour débuter, l’idéal est de pratiquer ces exercices plusieurs fois avec un praticien. Il est impératif de ne pas dépasser le nombre de vingt respirations, surtout si vous enchaînez les variantes. Cela afin de ne pas entamer un cycle d’énergie qui ne pourrait, de toute façon, pas être géré de façon autonome. La Respiration Consciente, ou Rebirthing, sous forme de séances complètes est un processus bien spécifique. Elle doit être impérativement pratiquée avec un praticien formé. Par contre, la pratique autonome des Vingt Respirations Connectées est sans danger ; le seul danger pourrait être… de ne pas pratiquer.

Au début, vous pouvez faire les Vingt Respirations Connectées une fois par jour, le matin de préférence, et cela pendant une semaine. Ensuite vous pouvez les faire trois fois par jour. Puis, après un mois, vous pouvez pratiquer chaque fois que vous en ressentez le désir ou l’impulsion.

Autant je déconseille formellement la pratique autonome du processus de Respiration Consciente pour toutes les raisons invoquées au cours de ce livre, autant je vous invite à pratiquer quotidiennement ces exercices. Avec les indications qui suivent, chaque lecteur peut faire siennes ces petites merveilles, les pratiquer à souhait, et pourquoi pas lorsqu’une certaine aisance est acquise, les transmettre à ses proches.

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

Exercice de base : la respiration par le nez

Voici comment se pratique l’exercice de base.

Il se compose de quatre séries de cinq respirations (soit vingt au total). Chaque respiration comporte un inspir et un expir.

Vous pratiquez sur le rythme de quatre plus une ; quatre respirations normales suivies d’une respiration plus ample. Cela est répété quatre fois. Ce qui fait un total de vingt respirations. Vous pouvez vous aider des cinq doigts de la main pour compter les respirations. Vous faites cela quatre fois de suite, ou deux fois chacune des mains. Les petits enfants peuvent compter ainsi. Les vingt respirations se font donc sans interruption.

bulleVerte.jpg (521 octets)Les quatre respirations normales permettent de bien apprendre à connecter le souffle en un cercle parfait. Le but de la cinquième respiration est de mettre l’accent sur tout l’espace que vous pouvez trouver en vous à l’inspiration et sur le lâcher prise qui s’effectue à l’expiration.

bulleVerte.jpg (521 octets) La respiration se fait, à l’inspir comme à l’expir, par le nez.

bulleVerte.jpg (521 octets) Vous devez connecter la respiration, c’est-à-dire unir l’inspir à l’expir et l’expir à l’inspir.

bulleVerte.jpg (521 octets) Vous devez localiser la respiration dans le haut de la poitrine. Pour vous y aider, vous pouvez placer délicatement une main au niveau du thymus, et "respirer dans votre main".

Le bon rythme consiste à ne pas pousser ni retenir le souffle. Votre respiration doit être libre : n’essayez pas de la contrôler. Votre rythme respiratoire doit être sans heurt, il doit couler de lui-même. Lorsque vous respirez correctement, vous pouvez sentir que vous respirez l’énergie autant que l’air.

Certaines personnes peuvent ressentir quelques manifestations physiques, par exemple avoir la tête qui tourne, ou des sensations de picotements dans les mains, etc. Si c’est votre cas, comprenez qu’il est normal pour des personnes ayant de mauvaises habitudes respiratoires de ressentir des sensations inhabituelles en respirant correctement. Si vous faites ces Vingt Respirations Connectées tous les jours, vous remarquerez que les sensations physiques peuvent être différentes chaque fois. Cela signifie que vous apprenez quelque chose dont vous tirez profit. N’oubliez pas que vous n’avez pas, pour la plupart d’entre vous, respiré correctement depuis longtemps, et que vous pouvez être en sous-ventilation. La respiration est totalement sans danger, mais pas votre mental.

Aussi, le mieux est-il de pratiquer progressivement, en douceur.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Première variante : la langue entre les dents

Cette première variante consiste à faire les Vingt Respirations Connectées avec la langue entre les dents. Gardez les lèvres jointes et placez votre langue entre les dents. Vers le haut, derrière la lèvre supérieure, ou vers le bas, derrière la lèvre inférieure. Vous gardez la bouche fermée. Faites ces respirations sur le modèle de l’exercice de base.

Cet exercice est particulièrement indiqué pour les personnes qui grincent des dents, pour celles qui souffrent d’insomnie ou qui sont coléreuses. Il est préférable de faire cet exercice le soir, avant de s’endormir. Eventuellement si vous ressentez de la colère. Ou bien si vous n’avez pu exprimer quelque chose et que vous éprouvez du ressentiment. Cet exercice permet une plus grande maîtrise de soi. La détente est plus facile lorsque les dents ne se touchent pas.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Deuxième variante : respiration par la bouche

Cette deuxième variante consiste à faire les Vingt Respirations Connectées en respirant par la bouche.Elle se fait sur le même modèle que l’exercice de base. La bouche doit être grande ouverte, mais sans inconfort. La langue doit rester bien détendue.

Cet exercice permet de relâcher les énergies bloquées et les émotions réprimées. Si vous éprouvez des sensations désagréables, vous pouvez revenir à la respiration par le nez. Cependant, la respiration par la bouche, pratiquée de façon occasionnelle, est excellente. Elle est recommandée pour toutes les personnes qui enseignent, parlent en public, etc. Cette respiration peut être avantageusement précédée et/ou suivie de la respiration par le nez.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Troisième variante : respiration par le nez en gardant la bouche ouverte

Cet exercice se fait sur le même modèle que l’exercice de base. Pendant cet exercice, il s’agit de respirer par le nez en gardant la bouche ouverte toute la durée de l’exercice. Cela apporte les avantages des deux respirations. C’est un moyen excellent d’évacuer des énergies négatives, lorsque l’on ne se sent pas bien.

Il est recommandé pour toutes les personnes qui ont tendance à rester la bouche ouverte. Il permet d’affiner l’habileté à respirer spontanément soit par le nez soit par la bouche, et à bien dissocier les deux canaux. J’ai remarqué qu’il favorise l’équilibre et la communication entre le cerveau droit et le cerveau gauche. Il permet une meilleure concentration mentale et développe l’intuition.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Quatrième variante : respiration silencieuse

Cet exercice se pratique sur le modèle de l’exercice de base. Je l’appelle l’exercice de "la plume". En effet, vous prenez l’air et le laissez partir avec tant de douceur qu’aucun bruit de respiration ne puisse être entendu. Vous pouvez imaginer que vous avez placé une plume sous vos narines et que votre respiration est si fine qu’elle ne la fait pas bouger. Pour cette respiration, il est préférable de garder les yeux fermés. Vous pouvez terminer par trois longues et profondes respirations normales, afin de bien "revenir sur terre".

C’est mon exercice préféré. En quelques secondes, il apporte un réel sentiment d’extase. Il permet de contacter nos dimensions les plus élevées. Lorsque vous l’aurez pratiqué une fois, vous l’apprécierez déjà. Le but de cet exercice est de bien prendre conscience de l’aspect énergétique de la respiration. Il est particulièrement recommandé pour les personnes souffrant de troubles respiratoires, pour celles qui ont des difficultés, ou l’impossibilité, à respirer par le nez. C’est une excellente façon de méditer sur la respiration, de méditer avec sa respiration.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Cinquième variante : neuf plus un

Pour cet exercice, nous changeons le rythme de l’exercice de base. Nous faisons maintenant deux séries de neuf respirations normales suivies d’une respiration plus ample, soit vingt respirations connectées. La respiration se pratique toujours par le nez. Ce nouveau rythme permet la flexibilité et la mobilité, afin de ne pas se figer dans un rythme particulier.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Sixième variante : style libre

Pour ce dernier exercice, vous pouvez utiliser toutes les façons précédemment décrites. Vous faites selon "l’inspiration" du moment, en adoptant le rythme et le style de votre choix. Vous pouvez faire trois respirations normales suivies d’une longue, ou bien cinq longues, ou encore quatre normales et quatre longues. Vous pouvez alterner la respiration par la bouche et par le nez. Vous faites comme bon vous semble, à condition d’inspirer et d’expirer par le même orifice pour une même respiration, de connecter l’inspir et l’expir, et de localiser votre respiration dans le haut de la cage thoracique.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

Cette façon permet d’expérimenter la respiration comme un jeu, afin de ne pas demeurer dans des espaces connus, et de ne pas devenir trop sérieux. Il permet de développer l’imagination, plus exactement le sens de l’improvisation, l’intuition et la mobilité.

Respirer est votre droit de naissance. Chacun de ces exercices dure environ trente secondes. Cela signifie que l’ensemble des sept façons peut s’effectuer en moins de cinq minutes. Toutefois, il est presque impossible de pratiquer à la suite les sept façons sans ressentir une certaine perte de contact avec la réalité du moment. La respiration est quelque chose d’étonnant. Si vous pratiquez seulement un de ces exercices quotidiennement pendant une année, c’est déjà formidable.

Si vous pratiquez seulement une de ces sept façons de faire les Vingt Respirations Connectées, une seule fois par jour pendant un an, vous développerez une formidable conscience respiratoire. Vous respirerez plus que vous ne l’avez fait l’année précédente.

La maîtrise du souffle ne vaut-elle pas que nous lui consacrions trente ou quarante secondes de notre temps par jour ?

Lorsque nous entrons régulièrement en contact avec notre respiration de façon consciente, une des premières qualités que nous apprécions de la vie à travers tous ses cadeaux est l’abondance. L’abondance dans ce qui est, dans ce qui nous est donné à chaque instant, dans notre capacité à le reconnaître et l’apprécier. Alors je me permets d’ajouter un exercice supplémentaire, un bonus en quelque sorte, à ce chapitre consacré aux Vingt Respirations Connectées.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)

 

La respiration alternée yogique

Voici un excellent exercice respiratoire qui est tout à fait complémentaire des précédents. Il m’a été enseigné par Urwana Shandar dont la maîtrise du souffle mérite que nous lui accordions notre confiance. Les personnes qui pratiquent le yoga le connaissent bien. Il réclame tout de même une certaine assiduité pour être pratiqué en toute aisance sur un rythme assez rapide. Son apprentissage enseigne beaucoup sur le souffle.

Tout d'abord, vous expirez puis vous inspirez par la narine gauche. L’inspiration doit être faite avec beaucoup de douceur par cette narine. Vous retenez l’air aussi longtemps que cela vous est confortable. Puis vous expirez par la narine droite. Aussitôt après avoir expiré, vous reprenez l’inspiration par cette même narine droite tout en douceur. De façon identique, vous retenez l’air. Après ce temps de rétention, vous expirez par la narine gauche. Vous répétez ce cycle plusieurs fois.

En résumé, vous expirez par une narine et reprenez aussitôt l’inspir par la même narine, en commençant le cycle par la narine gauche. Vous pouvez vous aider en utilisant vos doigts pour fermer alternativement les narines. Vous placez le pouce sur une narine et l’annulaire sur l’autre narine. L’index et le majeur se placent naturellement entre les sourcils. Vous pouvez alors fermer alternativement la narine qui ne respire pas.

Vous pouvez aussi prendre un rythme de respiration connectée pour pratiquer cet exercice, sans faire de rétention d’air et en accélérant gentiment le rythme.

Cet exercice amène une profonde purification du système respiratoire. Sur le plan physiologique, le nez n’est pas uniquement un organe de respiration, mais il assure aussi un rôle régulateur sur l’ensemble de l’organisme.

Prenez plaisir à pratiquer ces exercices.

 

LigneLogoRC.jpg (2871 octets)